Arpèges en Ré, 11, 12 & 13 Septembre 2015

by | 27 Oct 2015 | Nouvelles

Un arpège est un groupe de notes appartenant à un même accord …
… C’est aussi un voilier de croisière construit entre 1967 et 1976 à La Rochelle (Dufour architecte).

Mi-septembre, le CNM a accueilli 11 de ces voiliers de légende venus de tous les ports de France (ou presque !). Et accueillir, le CNM sait le faire : petit déjeuner à la casemate avant les choses sérieuses ; organisation des parcours (merci Florent Renard). Et comme on ne fait pas les choses à moitié, c’est Bertrand Chéret qui –Président de course- arbitra la compétition.

« Comme un air de musique, d’ailleurs l’un d’entre eux s’appelle “Musica”.

Il y eut l’accueil des équipages, le vendredi à 19h avec briefing, parcours, Pineau, pas trop de discours. J’y retrouve des amis de longue date, d’Aix et de La Rochelle et pense observer les opérations de loin. C’est vrai l’Arpège c’est un lointain souvenir…alors mon ami Aixois, Olivier Lefèvre, à l’origine de cette manifestation, me parle d’un type qui va faire la régate seul (pas tout à fait, sa fille était à bord).

L’heure de départ (7h30) ne m’enchante guère. J’hésite. Mais les vieux démons … 

Me voilà embarquée sur Aquilon, seul bateau rouge, capitaine : Olivier Joly, un excellent marin.

Départ, appréhension, un bateau que je ne connais pas, un capitaine inconnu.

1ère bouée proche des filières de l’Aiguillon, localisation mal expliquée, nous suivons Musica, un autre dans notre sillage. Le gros de la troupe s’écarte vers l’est. Nous essayons de communiquer avec le jury par VHF… rien. Il nous faut changer de cap… un peu tard. Descente vers le Pont. Il est question de sortir la bulle. Je me vois mal tangonner, le ciel est de plus en plus noir, le vent ne monte pas trop.

Olivier J. me passe la barre pour la manœuvre, je vais la garder pendant un long moment, Olivier J se chargeant des manœuvres de force. La synchronisation des virements de bords s’améliore. J’aurais eu besoin d’un petit stage de préparation.

Pause entre deux manches devant Saint Martin, amarrés à « Silhouette », équipage Caroline et Olivier Lefèvre.

Deuxième manche, beau temps, bon départ, le vent tombe, le bateau est lourd, équipé pour la croisière, il manque d’ardeur, remonte moins bien au vent. J’aurais aimé mieux faire. L’autre démon, le démon de la gagne… La troisième manche est annulée.

Le soir : la fête, la remise des prix ; Il parait que c’est toujours le même qui gagne : bateau allégé, jeune équipage entraîné, soutenu moralement par son propriétaire Philippe Bertheuil, le haka des arpégistes m’amuse, ambiance super.

Le lendemain : huitres dans le froid, face à la mer, chez Didier. Les arpégistes sont contents, ça Réchauffe !  » C.M.

Le soir, on s’est tous retrouvés (presque une centaine) à la Poudrière autour d’une paella géante (et succulente). Remise des prix, discours, embrassades… une soirée plus que chaleureuse, sans temps mort, animée par les deux Présidents : Guy Mallet commentant la journée et Philippe Bertheuil (Pdt Association des Propriétaires d’Arpèges) nous faisant découvrir l’hymne des Arpégistes !

Le classement :

1 : HAIG (Philippe Bertheuil)

2 : TWIN 1 (Pierre Loreau)

3 : AQUATINTE 2 (Christian Moreau)

4 : PAPIJAK (Bertrand Leparmentier)

5 : MUSICA (Fabrice Cathala)

Ils étaient là aussi :

VALHALLA (Bernard le Pemp) – POLYPHEME (Alain Tasteyre) – IONA (Yves Leroux) – DAME de CRACH (François Joly) – AQUILON (Olivier Joly) – SILHOUETTE (Caroline Gaudy)