Sortie Oléron, 24, 25 et 26 juin 2020

by | 3 Août 2020 | Nouvelles

OleronJuin2020

Le confinement qui nous a été imposé depuis le 17 mars, a mis à mal le cours des manifestations prévues au programme du CNM. A partir du 11 mai, le confinement enfin levé, chacun d’entre nous a eu l’impression d’une liberté retrouvée même si celle-ci n’était que conditionnelle. Nous avons donc pu reprendre entre autres, nos rendez-vous du samedi à la Casemate, ouf, il était temps !

Sans plus tarder, notre ami Claude nous a proposé une ballade à St. Denis d’Oléron du 24 au 26 juin.
C’est ainsi que 5 bateaux ont pris la mer, regroupant 15 personnes :
– Mondine, avec Claude, Suzette, Carla et Bernard.
– Alphine, avec Francine et François
– Enjoy, avec Jean, Anne et Bernard
– Corail, avec Guy et Alain
– Eglantine, avec Patrick, Chantal, Nicole et Michel.

La traversée s’est déroulée sans problème par un temps superbe. Nous avons été accueillis à St. Denis par Francine et François qui été arrivés la veille. Les formalités portuaires effectuées, le déjeuner pris, nous avons réservé les vélos pour le lendemain. L’après-midi a été consacrée à la ballade pour les plus courageux, à la plage pour les autres. Enjoy nous a quitté en fin de journée pour un retour sur St. Martin. « Les Petites » nous ont une nouvelle fois régalé.

Le deuxième jour a été consacré au pédalage avec un arrêt au port du Douhet. Le déjeuner a été pris à « La Villa Coco ». De retour à St. Denis, les vélos restitués et la douche prise, nous nous sommes regroupés pour notre dernier dîner à « La Cabane ». Nous avons bien apprécié une spécialité locale : le café oléronnais, sorte d’irish coffee revisité.

Le 3ème et dernier jour au matin, toute la flotte a levé les amarres, hormis Mondine qui n’a quitté le port qu’en fin d’après-midi.

Encore 3 bonnes journées passées sous le signe de la bonne humeur. Des absences ont cependant été regrettées parmi lesquelles celles de Philippe, parti cavaler on ne sait où, d’Hervé et son peignoir azur, et de Gérard dont les talents de négociateur nous ont bien fait défaut.

Bernard